Rechercher

Est-ce que la cryogénisation peut nous sauver de la mort ?



La cryogénisation semble être un procédé sortant tout droit d’un film de science-fiction. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, la cryogénisation (du grec κρύος kryos signifiant « froid »), est un procédé de conservation à très basse température (−196 °C) de corps. Depuis les années 1960, on congèle des corps dans l'espoir que de futures avancées technologiques pourront permettre de les ramener à la vie.


Cette méthode pourrait un jour nous permettre de soigner des maladies jusqu’ici incurables et de permettre à des milliers de personnes de continuer à vivre en bonne santé. Mais est- ce que c’est vraiment fiable ? Actuellement, il y a plus de 300 personnes cryogénisés dans le monde. La congélation des corps, dans l'espoir que les avancées technologiques futures permettent de les ressusciter, n'est pas une idée récente. Le premier volontaire à avoir tenté ce pari un peu loufoque est James Bedford, un psychologue canadien, congelé en 1967 à sa mort (à l'âge de 73 ans).


À Scottsdale, dans la banlieue de Phoenix, la fondation Alcor est spécialisée dans la cryogénisation des corps. Dans ses cuves, 163 personnes plongées dans l’azote liquide attendent qu’on les ressuscite. Dans ces cylindres métalliques, il y a des corps humains entiers. Il y a également des têtes, mais aussi des chiens, des chats et un chinchilla.


Conserver un corps coûte la modique somme de 200 000 dollars et pour une tête, le prix est de 80 000 dollars. Ceux qui choisissent cette option se reposent sur la certitude que les techniques du futur leur fourniront un corps idéal. Sont-ils morts ? Sont-ils vivants ? C’est une question de point de vue. Leur sang a été remplacé par un mélange de glycérine faisant office d’antigel. Cette méthode permet d’éviter la formation de cristaux de glace nuisibles aux cellules.


La difficulté rencontrée avec ce processus, est qu'à ce jour il n’y a aucune garantie que celui-ci peut être reversé. Le chercheur Marc Roux nous affirme : "La cryogénisation est enfermée dans un cercle vicieux : pas de preuve scientifique, donc pas de financement".


Même si les chances sont assez fines, de nombreux chercheurs y travaillent encore aujourd’hui et certains ont un résultat assez encourageant. Le centre de recherche californien Twenty First Century Medecine a par exemple réussi à cryogéniser un rein de lapin et à le ranimer en le greffant sur un autre animal. Une première étape avant la cryogénisation d’un mammifère entier, avec l’espoir de le réveiller vers 2030. Pour un être humain cela pourrait peut-être prendre des siècles.


À ce jour il y a près de 2000 personnes qui ont signé un contrat de cryogénisation en attendant que leur heure vienne. Même si la science ne garantit rien, cela n’empêche pas ces gens de croire au progrès. En France, la loi du 15 novembre 1887 donne le droit à chacun d’organiser comme il le souhaite ses propres funérailles. Mais en pratique, seuls deux modes de sépulture, l’inhumation et l’incinération, sont autorisés - en plus du don de son corps à la science. La loi ne dit rien de la cryogénisation : elle ne l’autorise pas, ni ne l’interdit.

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout