Rechercher
  • MorganP

L'histoire de Masashi Kishimoto


Masashi Kishimoto est un dessinateur-scénariste né le 8 novembre 1974 dans le département d'Okayama au Japon. Il a un frère jumeau, Seishi Kishimoto, lui aussi mangaka et auteur de 666 Satan.


Quand il était à l'école primaire, il a commencé à regarder l'anime Kinnikuman et Dragon Ball aux côtés de son frère. Et au cours des années suivantes, Kishimoto a commencé à idolâtrer le créateur original de Dragon Ball, Akira Toriyama, appréciant non seulement sa série, mais aussi Dragon Quest, une série de jeux de rôle dont Toriyama est le concepteur.


Grâce à un ami de l'école, il a pu suivre ces séries de Shonen Jump, car il n’en avait pas les moyens. Cependant, au lycée, Kishimoto a commencé à se désintéresser du manga lorsqu'il a commencé à pratiquer le baseball et le basket-ball. Mais une affiche d'un film du Akira Toryama a suffi pour raviver son désir. Dans les dernières années d'école, Kishimoto a passé du temps à dessiner des mangas et il est allé dans une école d'art dans l'espoir de devenir un artiste de manga. En entrant à l'université, Kishimoto a décidé qu'il devrait essayer de créer un manga Chanbara (manga Samurai) puisque Weekly Shonen Jump n'avait pas publié un tel titre.


Cependant, au cours des mêmes années, Kishimoto a commencé à lire Blade of the Immortal de Hiroaki Samura et Nobuhiro Watsuki de Rurouni Kenshin (dont le dernier a été publié dans Weekly Shonen Jump), qui utilisaient ce genre.


Dans sa deuxième année d'université, Kishimoto a commencé à concevoir des mangas pour des concours de magazines. Cependant, il s'est rendu compte que ses œuvres étaient similaires au manga seinen, destinées à un public adulte, plutôt qu'au manga shōnen lu par les enfants et les adolescents.


Il a ensuite rencontré Tetsuya Nishio, concepteur de l'adaptation animée du manga Ninku, sur lequel il a eu une grande influence. Après cette influence, il a pu apprendre à s'inspirer de divers concepteurs de personnages de séries animées, ce qui a fait que son style a commencé à ressembler à la série shōnen.


Kishimoto a décidé de commencer un manga basé sur la soupe de ramen, et c'est ainsi que naît Naruto. Lors de sa publication dans le magazine japonais Weekly Shōnen Jump, les réactions étaient presque toutes positives. Kishimoto décide alors de faire le point sur les critiques de Naruto et décide de se réinvestir complètement dans Naruto.


La série Naruto connaît une prépublication dans l'hebdomadaire Weekly Shonen Jump depuis le no 17 (1999) et est adaptée à la télévision japonaise. Fin 2010, elle atteint une cinquantaine de volumes reliés au Japon. Ce manga est sans nul doute l'un des plus importants succès commerciaux de ces dix dernières années.


En 2004, Masashi Kishimoto était le 3e mangaka le plus taxé au Japon avec 112.8 millions de yen d'impôts, soit 800 000 € et était le 9e contribuable à travers tout le pays. En 2007, Masashi Kishimoto était le deuxième mangaka le plus taxé du Japon, avec 178,4 millions de yens (près d'un million d'euros) d'impôts.


Le 10 novembre 2014, il publie le dernier chapitre de Naruto, la série comptabilisant alors 700 chapitres répartis en 72 tomes.


35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout