Rechercher
  • MorganP

La vie d'Albert Einstein



Né à Ulm en Allemagne, le 14 mars 1879, Albert Einstein grandit au sein d'une famille juive sans grande ferveur religieuse. Il fut successivement allemand, apatride (1896), suisse (1901) et de double nationalité helvético-américaine (1940). Il a épousé 2 femmes dans sa vie, la physicienne Mileva Marić, puis sa propre cousine Elsa Einstein.


Musicienne, sa mère lui donne le goût de la musique, tandis que son père et son oncle éveille en lui l'amour des mathématiques. Malgré une curiosité insatiable pour certains domaines, ses professeurs restent sceptiques à son sujet. Certes, il excelle en mathématiques, mais obtient des mauvais résultats dans toutes les autres matières. Par ailleurs, sa dyslexie, qui le handicape jusqu'à ses dix ans, ne lui facilite pas la tâche. Einstein poursuit sa scolarité au sein des Gymnasium. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands scientifiques de l'histoire, et sa renommée dépasse largement le milieu scientifique. Il est la personnalité du 20e siècle selon l'hebdomadaire Time. Dans la culture populaire, son nom et sa personne sont directement liés aux notions d'intelligence, de savoir et de génie.


Il rejoint ses parents à Pavie, en Italie, en 1895 et renonce à sa nationalité allemande. Dans sa demande de répudiation de la nationalité, il déclare n'adhérer à aucune confession religieuse, signant ainsi sa rupture officielle avec la religion juive.


À 16 ans, il décide d'intégrer l'École Polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) — à laquelle on peut alors accéder sans avoir de baccalauréat. Il rate cependant l'examen d'entrée. Les examinateurs, voyant son potentiel, l'incitent à se présenter une deuxième fois. Il entre à l’École cantonale d'Aarau en Suisse, et y passe une année pour mieux se préparer au prochain examen. Malgré un premier échec, il finit par y être accepté en 1896. Toutefois, ses résultats restent décevants. En 1900, il obtient sa licence. Après une période de chômage, il demande la nationalité suisse et occupe, dès 1902, un emploi d'expert à l'Office fédéral des brevets de Berne. Son emploi du temps lui permet de se pencher sur des travaux de physique, matière pour laquelle il se passionne toujours.


Après son mariage avec la physicienne Mileva Maric, en 1903, il poursuit les recherches qui lui tiennent à cœur. Elle travaillera également avec lui sur la théorie de la relativité et mènera ses propres recherches. Celles-ci aboutissent à la rédaction de quatre articles fondamentaux et révolutionnaires, publiés au cours de l'année 1905 dans la revue allemande Annalen der Physik. Après avoir fourni des explications théoriques de l'effet photoélectrique (nature de la lumière) puis du mouvement brownien (mouvement moléculaire), Einstein s'attarde sur l'un des grands problèmes physiques de l'époque.


Il le complète un peu plus tard par un dernier article dans lequel il présente sa formule E=mc², permettant de traduire une équivalence entre la masse et l'énergie, "c" étant la vitesse de la lumière dans le vide. Cette relation aura de nombreuses applications et conséquences, notamment en physique nucléaire. Dans un premier temps, ses travaux ne font pas l'unanimité, mais lui ouvrent la voie de la reconnaissance scientifique. Il obtient d'ailleurs une habilitation à l'université de Berne en 1909 puis un poste d'enseignant à l'université de Zurich en 1910.


Einstein était aussi un homme engagé politiquement. Il a soutenu sa cause tout au long de la Première Guerre mondiale. Après avoir reçu le prix Nobel de physique en 1921, il n'hésite pas à profiter de sa popularité grandissante pour affirmer ses idées.


Lorsque Hitler accède au pouvoir en 1933, Einstein quitte son pays natal et se rend à Princeton, aux États-Unis. La Seconde Guerre mondiale éclate et Einstein est effrayé à l'idée que les nazis puissent élaborer une arme nucléaire. En 1939, il signe une lettre destinée au président américain Roosevelt afin de le convaincre de lancer un projet de construction de la bombe atomique. Ce courrier joue un rôle important dans la mise en place du projet Manhattan.


Le 18 avril 1955, Albert Einstein est victime d'une rupture d'anévrisme et meurt à l'âge de 76 ans à Princeton. Considéré comme le dernier représentant de la physique classique, il a sans conteste révolutionné la discipline. Une étude réalisée en 2013 sur son cerveau révèle tout au plus une hyper-connexion entre les deux hémisphères, ce qui selon certains serait le signe d'une grande intelligence. Ses cendres sont éparpillées dans un lieu tenu secret, conformément à ses dernières volontés. Mais, en dépit de son testament, son cerveau et ses yeux ont été prélevés, le premier par le médecin légiste ayant effectué l'autopsie, les seconds par son ophtalmologiste.


En 1978, le journaliste Steven Levy apprend par son employeur, le journal New Jersey Monthly, que le cerveau du savant a été conservé. Son employeur lui demande alors de le trouver. Levy est accompagné par un cameraman durant sa quête et le film est diffusé dans les années 1990 à la télévision en France. Après une longue enquête, il retrouve en effet le cerveau d'Einstein à Wichita (Kansas), chez le pathologiste qui avait procédé à son extraction, le Dr Thomas Harvey. Cette information souleva l’intérêt des médias.


Juste avant de mourir, le physicien prononça quelques mots en langue allemande, mais l’infirmière de l’hôpital de Princeton qui était de garde ne parlait pas cette langue et ne put donc ni les retranscrire, ni les répéter.

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout