Rechercher
  • MorganP

Le phénix

Dernière mise à jour : 11 mars 2020

Le phénix, également nommé « Oiseau de feu » est un oiseau légendaire connu pour renaitre de ses propres cendres. Il existe dans pratiquement toutes les cultures et son apparence varie légèrement. L’écrivain Solin a d’ailleurs lui aussi écrit dans son livre Polyhistor une description de l’animal :


« Là aussi naît le phénix, qui a la grandeur de l'aigle, la tête ornée de plumes formant un cône, des caroncules à la gorge, le cou rayonnant d'or, le reste du corps de couleur pourpre, si ce n'est la queue, qui est d'azur éclatant et semée de plumes incarnats. »


Il n'existait qu'un seul phénix à la fois car il vivait très longtemps. Aucune tradition ne mentionne une existence inférieure à cinq cents ans. Donc tous les 500 ans il cherche alors une montagne loin et isolée de tout. C’est alors qu’il se fabrique un nid d’épices et d’herbes aromatiques, ensuite il n’a qu’à se placer dedans et laisser ses ailes s’enflammer, ce qui enflamme par la suite son nid.

Ce processus dure alors 3 jours et ne laisse derrière lui qu’un tas de cendres chaudes. Ainsi est né un oisillon, qui deviendra à son tour un merveilleux et puissant phénix. En plus de se régénérer tout seul, le phénix a également le pouvoir de lire dans le cœur des hommes et de déceler les intentions des personnes impures.


Son origine vient tout droit d’Egypte, plus précisément de la cité d’Héliopolis. On associait à cette époque Beru, un oiseau semblable au héron, au dieu solaire Ra. Beru a été le premier être vivant à sortir de l’Océan primordial et il se retrouva alors tout seul sur le premier morceau de terre. On dit que le temps a commencé avec son premier cri. Depuis, il accompagne également les âmes dans l’Au-delà jusqu’à Osiris.


Son nom actuel ne lui a été attribué qu’au Vème siècle par Hérodote d’Héliopolis. La légende du Beru devint le phénix, qui veut d’ailleurs aussi dire rouge en grec.

Dépendant de la religion ou de la culture, le phénix avait différentes significations. Par exemple chez les romains, le phénix symbolisait la force vitale éternelle de l’Empire romain. Le symbole était si présent qu’ils avaient même certaines pièces de monnaie à son effigie.

Au Japon celui-ci incarne l’esprit élémentaire du feu et au Moyen Age il représente un des emblèmes du Christ, mort puis ressuscité.


Peu importe la culture ou les contrées, le phénix restera toujours le symbole de la résurrection et de l’immortalité.


Sur ceux, cet article fini sur les belles paroles de Didier Erasme :


« L’amour est un phénix qu’on ne prend pas au piège. »



11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout