Rechercher
  • MorganP

La dame blanche

Dernière mise à jour : 28 févr. 2021

L’appellation dame blanche est donnée à des mythes ou à des apparitions de natures diverses. Il peut s’agir soit d’entités surnaturelles tenant les rôles de fées, de sorcières, de lavandières de la nuit ou d’annonciatrices de mort prochaine, soit de fantômes de femmes décédées lorsqu’il s’agit de spectres hantant des châteaux ou d’auto-stoppeuses fantômes.

Quelles que soient leurs formes, les légendes des dames blanches se retrouvent un peu partout en Europe et en Amérique du Nord.

Les médias racontent souvent celle de l’auto-stoppeuse fantôme, appelé aussi « La Llorona »

L’histoire originale est issue du folklore d’Amérique Latine.

Celle-ci se présente en générale comme l’âme d’une femme ayant perdu ou tué ses enfants et qui se serait elle-même suicidé par la suite. Son mode opératoire change en fonction de la provenance de la légende. Certaines rôdent autour d’un fleuve ou d’un lac pendant la nuit en effrayant ceux qui s’y approchent. D’autres préfèrent s’attaquer aux enfants ou aux conducteurs des voitures passantes.

Pour en revenir donc au folklore, l’histoire la plus populaire raconte celle des habitants de l'ancienne Tenochtitlán (ancienne capitale du peuple aztèque) qui fermaient tous les portes et fenêtres, et toutes les nuits certains se réveillaient au son des pleurs d’une femme qui déambulait dans les rues.

Voici un extrait de la version mexicaine la plus connue :

Il y a bien longtemps, une magnifique princesse indienne, Doña Luisa de Leveros, est tombé folle amoureuse d’un bel aristocrate du nom de Don Nuno de Montesclaros.

La princesse aimait l’aristocrate du plus profond de son cœur et a eu 2 enfants avec lui, mais Montesclaros refusait de la marier. Quand finalement, il l’abandonna pour marier une autre femme, Doña Luisa est devenue folle et a poignardé ses deux enfants.

Les autorités ont retrouvé l’ont retrouvée, errant dans les rues, sanglotant avec ses vêtements couverts de sang. Elle fût accusé du meurtre de ses deux enfants et fût envoyé à la potence.

Depuis, la légende raconte que le fantôme de « La Llorona » (femme qui pleure) erre dans les rues la nuit dans sa robe sanglante, pleurant la mort de ses enfants. Si celle-ci croise un enfant, elle est susceptible de l’emporter avec elle dans une basse région, ou son propre esprit demeure.



24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout